31 jeunes filles et adolescentes victimes de la traite: L’Observatoire est préoccupé pour les suites réelles du dossier.

 

Note pour la presse

Port-au-Prince 17 février 2017

L’Observatoire Haïtien sur la traite et le trafic de personnes est préoccupé pour les suites réelles du dossier de 31 adolescentes et jeunes filles victimes de la traite le 8 février dernier.

L’Observatoire Haïtien sur la traite et le trafic de personnes veux attirer l’attention de l’opinion publique et de l’Etat haïtien en particulier sur la nécessité de renforcer les institutions clées de Protection de l’enfant, aptes à lutter contre ce crime très répandu et organisé dans la région latino-américain qu’est la traite des personnes.

La loi haïtienne sur la « lutte contre la traite des personnes » publiée le 2 juin 2014, fruit des actions concertées des Organisations de la Société civile et étatique, punit sévèrement cet acte qualifié de crime et prévoit la mise en place de mécanismes de prévention, de protection et d’assistance des victimes, sans oublier les incriminations, sanctions et responsabilités de toute personne impliquée. Et, la charge de la mise en place de ces mécanismes est attribuée par cette loi au Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes (CNLTP). Haïti fut classé en 2015 par le Département d’Etat Américain sur la liste noire des pays de transit et de destination des  victimes de Traite n’ayant pas consenti assez d’effort dans le cadre de cette lutte.

La situation a néanmoins évolué avec l’entrée en vigueur de cette loi et la création du CNLTP. Ce  Comité regroupant des Représentants de Ministères, d’Organismes de protection de l’enfant ainsi que d’Organisations de Droits humains doit donc disposer d’un budget qui lui permet de répondre à sa mission et ses attributions, de même que la Brigade de Protection des Mineurs (BPM) qui joue un grand rôle dans le système de protection de l’enfant en Haïti.

C’est l’occasion pour l’Observatoire de féliciter la BPM pour son intervention en rapport aux  31 jeunes filles et adolescentes  victimes de traite le dimanche 8 février dernier jusqu’à aboutir à l’Hôtel de plage Kaliko Beach selon les informations des autorités responsables. Cette opération qui a abouti à l’arrestation de 7 (sept) présumés trafiquants a permis de protéger 14 mineurs de 13 à 17 ans et 17 jeunes filles majeures âgés entre  18  et 24 ans, de l’esclavage sexuel. L’Observatoire, tient à féliciter également  le Comité National de Lutte Contre la Traite des Personnes pour son engagement  et sa motivation sur ce cas qui révolte tout un chacun.

L’Observatoire déplore toutes les formes de traite des êtres humains dont ce présent cas ainsi que la façon dont les victimes ont été reçus et gardés sous protection, en raison d’un manque de capacité d’accueil de la BPM. Ces 31 adolescentes et jeunes ont passé tout le moment de l’investigation et de traitement de ce dossier entassés  dans 2 petites pièces du bureau de la BPM. Il est important de noter que même pour prendre les informations de première main et la déclaration des Victimes, l’espace n’était pas adapté et surtout ne permettait pas de respecter le principe de la confidentialité et encore moins de mettre à l’aise et en confiance chacune des victimes.

L’Observatoire haïtien sur la traite et le trafic des personnes est donc très préoccupé par la situation d’Haïti en général et pour les suites réelles du dossier de ces 31 adolescentes et jeunes filles non seulement pour leur accompagnement comme victimes mais aussi pour que  les présumés trafiquants soient jugés, condamnés et subissent  les peines applicables conformément à la loi sur la lutte contre la traite des personnes.

L’observatoire s’engage de son coté à mobiliser les acteurs concernés au niveau national et local surtout dans les zones frontalières haitiano-dominicaines, de même qu’au niveau régional à travers l’observatoire latino-américain sur la traite et le trafic de personnes dont il est membre pour supporter des initiatives urgentes dont une étude sur l’évolution et la manifestation de la traite et du trafic des personnes en Haïti.

Un Congrès national sur la traite des personnes en Haïti sera organisé très prochainement par l’Observatoire dans la perspective d’aboutir à des actions orientées vers des résultats capables d’influencer cette pratique criminelle à laquelle tout le monde est exposé en particulier , les femmes et les enfants du pays et de la région latino-américain .

De ce fait, l’Observatoire fait les recommandations suivantes aux autorités compétentes en particulier le Comité National:

  1. Assurer le bien-être de ces 31 jeunes filles victimes de la traite en leur offrant protection et  assistance nécessaires  selon l’article 8 alinéas 1 et 2 de la loi en vigueur.
  2. Prendre toutes les dispositions nécessaires pour punir les personnes impliquées  de près et/ou de loin dans ce crime selon  les articles 11, 12, 13 et 14 de la loi sur la lutte contre la traite des personnes en Haïti.
  3. S’assurer de la mise en place de mécanismes systématiques pouvant répondre à des cas d’urgence en matière de traite de personnes.
  4. S’assurer de la mise en place de moyens de prévention des cas de traite et de trafic de personnes en particulier des enfants.
  5. Mettre les moyens disponibles pour que le Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes  et la BPM puissent intervenir efficacement sur des cas suspects.

 

Leronel MORTIME

Coordonnateur

38046476

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site